AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE CRASH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Shephard
    AdminThe Leader

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 23

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: LE CRASH   Jeu 22 Avr - 18:28

Voici le sujet où tous les membres de l'Oceanic 815 doivent poster en premier. N'oubliez surtout pas les douze lignes minimum demandées, et suivez un minimum la série, c'est-à-dire le nom du vol, le nombre de passagers, son point de départ et son arrivée.

J’étais maintenant bien assis dans mon siège. Je contemplais le ciel derrière mon hublot. J’avais quand-même eu quelques problèmes pour faire monter mon plus gros « bagage » dans l’avion. Il s’agissait d’un cercueil, celui de mon père plus précisément, mort il y avait quelques jours avant le voyage. De toute façons, mon voyage était seulement dans le but de l’enterrer et de tourner définitivement la page avec lui. Il m’avait tellement fait souffrir lors de mon enfance pour diverses raisons. Mais je pensais tout de même, au fond de moi, que j’avais été responsable de sa mort. Effectivement, quelques semaines auparavant, je l’avais fait virer de son travail ; il n’avait plus le droit d’exercer dans n’importe quel hôpital. Oui, il était aussi chirurgien. En fait, j’avais fait ce boulot pour rallonger les habitudes familiales, mais cela ne me déplaisait pas pour autant. J’étais d’ailleurs l’un des meilleurs plus jeunes chirurgiens de la ville. Mon père était mort d’une crise cardiaque provoquée par un taux abusif d’alcool dans le sang. Car oui, il était alcoolique, et ce depuis très longtemps. Un jour, il avait opéré une patiente alors qu’il agissait sous le coup de l’alcool. Il avait sectionné une artère de la patiente accidentellement, ce qui la mena directement à son décès.

L’opération échouée, mon père m’avait emmené dans son bureau pour me convaincre de ne pas le dénoncer, pour ne pas qu’il soit renvoyé car ce n’était pas seulement sa carrière qui était en jeu, mais aussi sa vie, comme il me disait. J’avais alors accepté de l’aider. Mais lors de l’audience, mon père révéla qu’il était au courant que la patiente était alors enceinte, et ce fut donc ceci qui me fit changer d’idée au dernier moment, pour finalement tout avouer à l’équipe de l’audience. Ils avaient donc renvoyé mon père, et celui-ci était mort quelques temps après. Ce qui me faisait donc penser que j’étais un minimum impliqué dans sa mort, et je m’en veux de l’avoir balancé comme ça.

Après avoir longuement discuté avec la femme du guichet avant de prendre l’Oceanic, elle avait finalement décidé de le mettre en soute, ce qui m’avait franchement déplu, mais j’étais obligé d’accepter, sinon ils ne l’auraient pas pris du tout. J’étais maintenant dans l’avion donc. J’avais été affecté au siège 23F. A mes côtés se trouvait une femme qui avait environ la cinquante, d’apparence afro-américaine. Elle était seule, et semblait vraiment stressée. Je lui disais donc qu’il ne fallait pas être angoissée, que tout allait bien se passer. Elle me regardait, pas vraiment rassurée. Celle-ci tenait fortement dans ses demain une alliance qui était accrochée autour de son cou, tout en me disant que son mari avait toujours les doigts qui enflaient lorsqu’il prenait l’avion. C’est pourquoi il lui donnait son alliance. Alors que nous discutions, un jeune homme passa rapidement dans l’allée en me bousculant. Il s’excusa toujours aussi furtivement avant de se diriger vers les toilettes. Envie pressante… Le mari de Rose, oui, c’était son nom, n’était pas revenu des toilettes. Je lui disais donc que j’allais lui tenir compagnie jusqu'à ce qu’il revienne ? C’est à ce moment là que je sentais une petite secousse. Rose était de plus en plus angoissée. Ne vous inquiétez pas, ce sera bientôt fi… Alors que je n’avais pas terminé ma phrase, les secousses furent doublement plus violentes, au point de se recevoir les bagages sur nous. Je ne pouvais qu’apercevoir l’avion qui commençait à se fissurer en deux parties avant de perdre connaissance…

Mon réveil ce fit dans une jungle. Une jungle, immense. Avec de grands arbres, partout. Je respirais très fortement, je regardais à gauche et à droite, et c’est alors qu’un chien blanc, un labrador apparemment était venu me lécher les mains avant de repartir aussi vite qu’il était venu. J’avais mal à la joue, j’avais sûrement était griffé lors du crash. J’essayais de me relever grâce à un arbre à côté de moi. Je m’y prenais appui dessus, pour arriver difficilement à rester en équilibre sur mes jambes. Après avoir bien repris connaissance, je fonçais en direction des bruits, des cris et des pleurs, j’allais sûrement avoir des dizaines de personnes à aller sauver, même sur une île déserte, mon travail de médecin me suivait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oceanic-flight-815.superforum.fr
Akira Sakurai
Modo | « Le monde est petit. »
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 28
Localisation : Picardie

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Sam 24 Avr - 3:21

J'avais raté le premier bus pour arriver à l'aéroport de Sydney pour m'envoler jusqu'à Los Angeles que je rêvais de visiter depuis des mois! Évidemment ça m'a prit du temps pour apprendre les langues, j'étais toujours considéré comme un délinquant après être sorti de l'école alors je n'ai pas eu de boulot, c'est comme ça que l'idée m'était venue : celle de voyager, voir du pays et découvrir toutes les cultures. C'était certainement mieux comme rêve que de rester cloitré dans un petit magasin de banlieue à ranger des conserves et se faire enguirlandé par le patron parce qu'on va pas assez vite. Hé ouais je suis comme ça, je déteste être enfermé dans un même endroit à glander ou toujours faire la même chose. Non moi j'aime bouger, faire plein de choses différentes! Enfin bref! J'étais arrivé à l'aéroport et déjà je voyais le monde. Un peu stressant mais super excitant, ça me faisait sourire parce qu'enfin je réalisais le seul rêve que j'avais.

Arrivé au guichet, quelqu'un bloquait la file d'attente, un homme d'environ la trentaine, enfin j'en sais rien il était de dos, cet homme braillait comme un putois sur l'hôtesse, c'était chiant d'attendre mais je me disais que tout le monde avait ses problèmes bien que le seul que j'avais moi, c'était ça, attendre à cause de lui qui prenait tout son temps. Enfin bon, j'étais derrière un couple d'asiatiques et je regardais la photo de ma petite sœur qui me manquait beaucoup. Si seulement j'avais pu l'amener avec moi, ça lui aurait plu les États-Unis j'en suis sur, mais hélas ma mère n'était pas de mon avis, elle m'avait dit que Kaori avait l'école et que moi rien ne me retenait! Si c'était une façon de me foutre dehors, elle avait réussi. Enfin bon, le temps passait et se fut mon tour de passer mes bagages. Je n'avais qu'un sac de voyage rempli de fringues, d'un portable, etc... rien de très spécial, alors il m'avaient laissé passer rapidement et zou, je montais dans l'avion! Lorsque j'eus pris ma place, j'ai remarqué que le type qui avait bloqué le guichet était assit une place devant moi, la poisse! J'allais me le taper tout le voyage! Mais bon, tant qu'il ne m'embêtait pas je n'allais pas me plaindre. À peine assit que je commençais déjà à piquer du nez. La photo de ma sœur dans la main, je me collais au hublot pour fermer les yeux.

Quelques heures plus tard, enfin je crois, un mec se mit à bousculer mon siège en disant "paaardon" à quelqu'un pour passer. Je lui aurais sauté dessus pour m'avoir réveillé mais je m'étais retenu. Je suis toujours grognon lorsqu'on me sort de mon sommeil alors il avait de la chance qu'on était dans un avion, je suppose qu'il allait aux toilettes vu son rapide passage. Mais je me calmais vite en voyant la magnifique vue par le hublot auquel je me collais directement. C'était super quand même de survoler la moitié de la carte par avion. Même si je n'aimais pas ce transport parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer.

Soudain il y a eu des secousses, surprit je lâchais le hublot, mon cœur avait fait un de ces bons! Était-ce normal ou pas? Je n'en savais strictement rien, après tout je ne m'y connaissais qu'en raisin et motos! Une chose est sûre, c'est que je commençais à stresser et je voyais mes mains trembler. Bon on passe les détails, en clair j'allais me faire dessus tellement j'étais mort de trouille! Ensuite l'hôtesse qui suivait le blond qui m'a réveillé a passé une annonce disant que nous traversions une zone de turbulence. Qu'il fallait se rasseoir et se rattacher, ce que je fis dès qu'elle eut fini sa phrase.
    « Vachement rassurante. »
Je ne l'étais pas du tout! C'est vrai quoi, on allait plonger? Ou rester sur notre route? Je flippais de plus en plus quand je vis que les secousses s'intensifiaient, que les bagages nous tombaient dessus et celui de devant avait l'audace de dire qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Mais oui t'as raison on va crever mais c'est pas grave! En tout cas c'est ce que je pensais parce qu'en général les valises qui tombent c'était pas un très bon signe! J'avais réussi à en éviter une de justesse en tapant dedans avec mon coude quand elle allait atterrir sur ma tête, mais la seconde s'était lourdement fait sentir! Qu'est-ce qu'ils peuvent emporter les gens comme bagages! Bien qu'elle m'ait frappé fort je restais toujours éveillé, des bruits étranges se faisaient entendre, un gros crac aussi! Je crois que l'avion venait de se déchirer en deux. Cela-dit je flippais tellement que je ne pouvais pas regarder.

Et puis là plus rien, je me suis réveillé allongé sur la plage. Je restais là sans bouger un instant à me regarder, c'est bon ma tête était encore fixée à mes épaules et mes jambes entières! Plus de peur que de mal, enfin je crois. Je me suis relevé et j'ai vu l'avion en miettes.
    « Oh la vache! » Disais-je avec de gros yeux.
Que faire? Que fallait-il que je fasse? J'avais du sang qui me sortait des narines et du front mais je me sentais bien. Fallait-il que j'aille aider les autres? Mais il y en avait partout, des blessés graves comme légers comme moi, comment savoir qui aider?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://himitsu-to-yume.forumperso.com/
Shannon Rutherford

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 22/04/2010

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Sam 24 Avr - 18:35

...


      SUJET POUR TOUS
        « Le Crash»

Shannon était en compagnie de son frère lorsqu'elle avait embarqué dans le vol Océanic 815. Elle lui en avait voulu pour n'avoir pas eu de place en première classe, mais elle ne se doutait pas de ce qu'il se passerait plus tard, à bord de l'avion. Alors qu'elle ne cessait de se disputer avec son frère pour des choses qui pouvaient sembler inutile, elle était loin de s'imaginer que quelques heures plus tard, leur avion se crasherait sur une île déserte & inconnue. Le restaurant dans lequel elle avait voulu aller était plein, elle avait donc sonné son frère d'aller embarqué immédiatement en classe affaire. Installée, elle regarda droit devant elle, repense à ce qu'il s'était passé les derniers jours, ce qu'il se passerait lorsque Boone l'aurait raccompagné chez elle à Los Angeles. Elle fouille dans son sac pour chercher une broutille, une broutille qu'elle ne trouva pas, puisque c'était son demi-frère qu'il l'avait en main, lui tendant. Elle le prit, affichant un grand sourire sur ses lèvres. Elle s'installa alors correctement, prêt à passer quelques heures de voyage dans la souffrance des sièges d'avion. Elle ferma les yeux quelques instants, ne se doutant pas un seule seconde que certaines personnes dont elle avait croisé le regard allait passer des journées entière à ses côtés.
Quelques secousses légères se firent sentir, avant que des plus importantes, qui réveillèrent Shannon se firent sentir. La panique montait peu à peu à bord de la classe affaire, tout comme elle, qui ne cessait de s'imaginer le pire ... Elle aggripa fermement les accoudoirs, accordant un regard de peur à son frère qui se tenait à ses côtés avant s'attacher sa ceinture & d'attraper par la suite les masques à gaz qui venaient de sortir. Elle ferma alors les yeux, comme pour se rassurer elle-même, elle ne pouvait pas adresser la parole à son frère, vu l'affolement & les cris des passagers à ses côtés. Rien de tout celà n'était un rêve, mais la pure vérité. Certaines personnes mal attachées se cognaient contre les parois de l'avion, d'autres suffoquaient sans les masques, un specatble horrifiant que Shannon ne regardait pas.

L'avion se sépara, leur partie s'écrasant sur la plage d'une île déserte & inconnue. Son frère n'était pas à ses côtés. Déboussolée, la jeune femme s'extirpa tant bien que mal de l'épave, avant de regarder en face la situation à laquelle elle était confrontée. Des victimes étaient allongées sur le sol, leur visage ou leur membre emplit de sang, des cris, des appels ... Tout un brouhaha qui ne la perturbait qu'encore plus. Elle chercha alors son frère des yeux, avant de sentir la panique monter en elle, imaginant le pire ...
    SHANNON : « Boone !!! »
Cria-t-elle entres les sanglots qui striait sa gorge, dans l'espoir de le voir apparaître à ses côtés, sain & sauf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jody Lewis

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 24/04/2010

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Sam 24 Avr - 20:10

Mr Lewis: Tu passeras le bonjour à ton père de ma part
Jody: Oui tonton tu me l'as répété plein de fois, j'ai compris. Bon bye ou je vais finir par louper mon vol


Ce fut les dernier mots que j'ai dit à mon oncle. Je n'ai même pas vu ma tante ce jour là puisqu'elle travaillait encore. Je fis une bise à mon oncle et je pris mes bagages. J'avais appelé un taxi car je n'avais aucunement l'intention de prendre ma voiture pour la laisser là bas. J'allais partir durant un mois et oui un mois de vacances. ça me fera du bien, enfin je l'espère. Me voilà donc, se dépêchant dans le taxi. J'ai au moins une bonne vingtaine de minutes voir plus pour aller jusqu'à l'aéroport. Je regardais par la vitre de ce véhicule jaune et j'observais les gens de Sydney qui circulaient ou marchaient dans la ville. Mon esprit s'évadait et je me remémorais mon temps passé à Sidney avec mon oncle, ma tante et mes cousins, cousines. Je me revoyais à l'océan bronzant et peut être que je finirais par faire des rencontres. Je dus revenir à la réalité lorsque la voiture freina d'un coup, sans prévenir. Je descendis de la voiture avec mon sourire habituel sur le visage. Le conducteur du taxi me sortit mes bagages et c'est avec un sourire de sympathie que je le remerciais et le payais.

Une fois arrivée à l'intérieur de l'aéroport, je remarquais qu'il y avait beaucoup de monde. Je sortis mon billet de mon sac à main. Je me dirigeais vers le guichet. L'hôtesse vérifia que tout était en ordre et elle me demanda alors de faire passer mes bagages. J'avais pris le stricte nécessaire. Enfin me connaissant j'ai dû me restreindre au niveau vêtement. Je suis une jeune femme qui aime se changer régulièrement, donc généralement je prends des tonnes et des tonnes de vêtements. Mais cette fois-ci j'ai du faire un choix car il y a un point limite pour les bagages. Bref, me voilà passé et cherchant ma place. N° 20F. Je n'étais pas tout à fait avec les premières classes, là où généralement les gens bien friqués se trouvaient. Ma famille n'est pas à plaindre et moi non plus mais bizarrement j'avais préféré être parmi les gens plus normaux. Une fois ma place trouvée, je m'installais dans le silence tout en m'excusant auprès de ma voisine, pour que je puisse passer. Mon siège se situé à côté du hublot. J'aurais donc la vue pour moi toute seule. C'est alors que l'avion décolla. Devant moi semblait se trouver un médecin. Comment je le sais? Et bien il venait de se présenter à sa voisine. Sheppard, il me semble qu'il a dit. Mais je ne fis plus attention aux passagers devant moi. Quand soudain des secousses se firent ressentir. Une voix d'hôtesse nous expliqua qu'il s'agissait de turbulences. Mais elles se firent plus fortes et ma main vint alors se plaquer contre les accoudoirs de mon siège. Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé car j'ai fermé les yeux. Lorsque je l'ai ai réouvert les yeux, l'avion venait de se séparer en deux. J'entendis les hurlements des passagers. J'étais pétrifiée. Je sentais l'air frais venir fouetter mon visage. Cela devint insoutenable que je dû fermer les yeux de nouveau. Quand on dit que lorsque notre mort arrive, nous voyons notre vie défiler et bien c'est ce qui m'est arrivé. j'ai senti une énorme secousse puis trou noir complet.

Lorsque je me suis réveillée, mon premier réflexe fut de me toucher de partout. Je finis par toucher mon front et je sentis un picotement. Lorsque je regarda ma main, du sang se trouvait sur le bout de mes doigts. Bon ça ne semblait pas être grave car, j'avais mes idées clairs et je pus me remettre sur pieds. Ce ne fut qu'une fois sur pieds que je remarquais que je me trouvais sur une plage. Le sol était instable, ah bah oui normal je marchais sur du sable. Je relevais la tête et c'est alors que je vu le désastre.

- Oh mon Dieu, c'est pas vrai!!

Qu'est-ce que je faisais ici? Mais ici, s'était où? Que le ciel nous vienne en aide....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Conrad

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 23/04/2010
Age : 29

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Sam 24 Avr - 22:59

Sean et Cameron arrivaient à l'aéroport de Sydney bien en avance afin de pouvoir prendre leur avion. Les deux jeunes gens étaient silencieux, Cameron était plongée dans ses pensées, ressassant de nouveau la rencontre avec sa mère, quant à Sean il préférait attendre d'être revenu à New York pour parler de tout ça. Il voulait que le vol se passe bien, malgré l'état de la jeune femme. Le couple se dirigea vers la file d'attente pour aller enregistrer ses bagages. Ils se trouvaient parmi les premiers et étaient derrière un couple marié qui discutaient discrétement. Cameron se rapprocha légérement de Sean et posa sa tête contre son épaule. Le jeune homme baissa son regard vers elle et eut un léger soupir avant qu'ils n'avancent alors qu'un homme en costume s'éloignait, pas trés heureux visiblement.

Aprés de longues minutes d'attente ils purent enfin embarquer leurs valises et se rendre dans la salle d'attente avant d'embarquer à leur tout dans l'avion. D'ordinaire Cameron était un peu stressée, pas vraiment froussarde de l'avion mais elle apréhendait toujours un peu mais cette fois ci son esprit était ailleurs. Alors qu'ils étaient assis sur une des banquette, Sean passa sa main sur son bras pour la sortir de ses pensées.


"Comment tu te sens ?"

La jeune femme haussa des épaules en tournant la tête vers lui, offrant à son petit ami un faible sourire.

"Ca peut aller...j'ai hate d'être à la maison." finit elle par dire en posant sa main sur celle de Sean. Ce dernier hocha la tête et se pencha vers elle pour déposer un baiser sur ses lèvres avant qu'on annonce leur embarquement. Les deux jeunes gens rejoignirent donc une seconde file et entrèrent dans l'avion, suivant les instruction de l'hotesse pour rejoindre leurs places. Cameron céda la place hublot à Sean et elle sortit son carnet de note pour dessiner un peu afin de se détendre. Elle s'arrêta cependant lorsque que les hotesses et stewart informérent les passagers des régles de sécurité et d'évacutation de l'avion. Elle avait beau les connaitre par coeur, elle regardait toujours. Une fois la démonstration finie, elle reprit son dessin alors que l'avion décollait. Sean quant à lui avait sortit un livre mais ne tarda pas à s'endormir.

Le jeune homme se réveilla quelques heures plus tard et s'excusa auprés de Cameron pour pouvoir se lever et dégourdir ses jambes dans l'appareil. La jeune femme se réinstalla et eut un petit soupir tout en regardant au travers du hublot. Il y eu une première secousse qui fit froncer des sourcils à Cameron qui regarda dans la cabine mais les hotesses ne semblaient pas plus inquiétes que ça. La jeune femme se réinstalla sur son siége et jouait avec son stylo lorsque de nouvelles secousses plus fortes se fit ressentir. Cette fois ci les hotesses demandèrent aux passagers de mettre leurs ceintures mais Cameron ne les écouta pas, Sean n'était toujours pas revenu et elle s'inquiétait pour lui. Au lieu de rester assise, elle se leva mais elle n'eut le temps de faire que quelques pas avant qu'un stewart ne lui prie gentiment de retourner s'asseoir. Son corps lui barrant le passage, elle ne pouvait pas le contourner.


"Mon petit ami est à l'arrière de l'appareil, je dois aller le chercher !"

"Mademoiselle ne vous en faites pas, il a surement dut s'asseoir et s'attacher, ça ne durera que le temps des turbulences, croyez moi il est en sécurité."

Cameron voyait bien que l'homme en fasse d'elle était nerveux mais il tentait cependant de la calmer avec un sourire. Cameron se haussa sur la pointe des pieds pour tenter de voir Sean mais ne vit rien et finit par accepter de se rasseoir et de se réinstaller à sa place. Elle s'attacha et prit une inspiration, tentant de se détendre durant la phase de turbulences. Ce qu'elle ignorait, mais qu'elle comprit lorsque les masques à oxygéne tombérent devant elle ainsi que devant les autres passagers. Cameron réagit immédiatement et mit le masque sur son visage mais la panique était désormais le seul sentiment dans son esprit. Elle était seule, l'avion se secouait de plus en plus et les valises tombaient des compartiment du haut, heurtant certains passagers. Cameron regardait tout autour d'elle à la recherche de Sean mais toujours sans succés puis, devant ses yeux hallucinés, la partie arrière se détacha et se perdit au loin. Cameron hurla le nom de son compagnon mais fut forcée de se retourner à cause du vent qui giflait son visage. Et elle constata que l'avant n'était plus là non plus. Cameron tourna la tête pour regarder au travers du hublot et vit que l'avion se rapprochait rapidement de la terre. Elle pensa, comme la majorité des passagers, que c'était la fin et ferma les yeux, ses pensées uniquement dirigées vers Shawn et puis ce fut le trou noir...

Cameron ouvrit lentement ses yeux et soupira lentement. Elle entendait le vent dans les feuilles, ainsi que le bruit de vent contre les ouvertures dans la cabine devant et derrière elle. Cameron se redressa lentement et cligna des yeux plusieurs fois avant de voir le "spectacle" devant elle.


"Mais qu'est ce que..."

Devant elle la rangée de siége avait disparue lors du crash et elle était presque suspendue dans le vide à cause de l'inclinaison de la cabine. Elle n'était retenue que par sa ceinture qui bloquait sa respiration. Cependant Cameron ne se détacha pas tout de suite et elle regarda à sa gauche, pour pousser un cri en voyant feu son voisin, couvert de sang et décédé. La panique refit surface et la jeune femme se battit plusieurs secondes avec sa ceinture avant de l'ouvrir et de tomber au sol, tête la première. Elle eut un gémissement de douleur en tombant. Elle réalisa à ce moment que son flan gauche était couvert d'un liquide et en posant sa main dessus avant de la porter à ses yeux elle constata que c'était du sang. Elle déglutit et se tourna sur le dos pour tenter de regarder sa blessure mais sans succés et elle se provoqua une nouvelle pointe de douleur. Il lui fallu plusieurs minutes pour reprendre son souffle avant de se redresser. Elle se mordit la lèvre pour ne pas gémir de douleur et vacilla quelques secondes une fois qu'elle fut sur ses deux pieds. A quelques mètres d'elle se trouvait son sac à main. Elle s'y précipita et le retourna pour trouver son téléphone portable. C'était probablement futile mais sur le moment cela semblait être la meilleure idée. Cameron constata bien vite cependant que cet appareil de technologie ne lui serait d'aucune aide et de colére le balança au loin. Elle resta au sol, plusieurs minutes avant qu'un gros "boom" ne se fit entendre au loin. La jeune femme renifla et regarda vers la source du bruit pour voir une fumée s'en échapper. Elle déglutit puis récupéra toute ses affaires dans son sac qu'elle mit en bandouillère puis couru vers la plage, malgré la douleur dans son torse. Elle s'arrêta en voyant le spectacle de désolation devant elle. Il y avait d'autres survivants mais de nombreux blessés et morts étendus sur la plage. L'explosion qu'elle avait entendue quelques minutes auparavant venait probablement du réacteur qui était en feu.

"Oh mon dieu..." murmura la jeune femme en portant sa main à sa bouche dans une expression d'horreur...Puis, comme une révélation, Sean revint dans son esprit. Il était peut être là, il la cherchait peut être ou bien il était blessé ou bien...la jeune femme secoua la tête, elle ne pouvait pas penser qu'il était mort, elle ne voulait admettre cette possibilité. Cameron reprit alors sa course pour rechercher son petit ami parmi les survivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emmatheancien.livejournal.com/
Jack Shephard
    AdminThe Leader

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 23

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Dim 25 Avr - 16:02

Après un long périple dans la jungle pour essayer de me repérer dans cet endroit parsemé de feuilles et de branches qui me barraient le passage, j’arrivais enfin aux abords d’une plage. Des corps gisaient sur le sol. Ils y en avaient une vingtaine éparpillés un peu partout sur le sable qui virait au rouge avec le sang des victimes qui s’écoulait sur celui-ci. J’allais devoir aider un sacré paquet de personnes ici. Je tournais la tête, et voyais des personnes en détresse de tous les côtés. Heureusement pour moi, il y avait certaines personnes qui n’avaient pas été trop blessées par le choc du crash, et ils purent venir en aide à quelques personnes. Un homme de couleur criait de toutes ses forces le nom de « Walt », cela devait certainement être une personne qui était avec lui dans l’avion. Un homme était assis par terre sans bouger. Il était chauve, et avait une longue entaille à l’œil droit, c’était sûrement du au crash. Il devait être choqué par ce qu’il venait de lui arriver, il avait les yeux grand ouverts, et ne bougeait pas un orteil. Je me déplaçais en marchant lentement pour essayer de repérer les personnes qui avaient le plus besoin de mon aide. J’apercevais plusieurs personnes différentes, dont un homme obèse sûrement, avec de longs cheveux.

Plus loin, je voyais une femme allongée qui se tenait fortement le ventre. En m’approchant de plus près, je m’aperçu qu’elle était enceinte ! Je fonçais en sa direction pour lui proposer mon aide. Je m’asseyais à côté d’elle et lui demandait rapidement depuis combien de mois elle était enceinte, elle me disait qu’elle en était au huitième mois. Plus loin, je voyais la femme qui semblait aider une personne allongée, sans réaction. Elle lui pratiquait un massage cardiaque. Elle ne connaissait vraisemblablement pas le métier, car tout docteur savait que pour faire ce genre d’intervention il fallait mieux être un homme car il fallait le faire fermement, et il fallait surtout le pratiquer sur une surface dure, ce qui n’était pas le cas du sable, qui était chaud en plus ! Je me dirigeais vers la femme blonde qui ne devait être âgée que d’une vingtaine d’années. Laissez-moi faire, occupez-vous de la femme là-bas ! Lui dis-je en pointant du doigt la femme enceinte. Si vous avez besoin de moi, je m’appelle Jack ! Après ça, la femme partait donc en courant vers la personne enceinte. Je pratiquais maintenant le massage cardiaque sur l’homme après avoir rapidement trouvé une surface dure dans les débris de notre avion. Quelques secondes plus tard, celui-ci recrachait toute l’eau qu’il avait avalée. Un peu plus et il en laissait la vie ! L’homme chauve de tout à l’heure se levait à peine, il reprenait certainement conscience. Derrière lui se trouvait un homme asiatique qui était assis, se tenait la tête tout en grimaçant. Je m’approchais donc de lui. Tout va bien, vous avez besoin d’aide ? Lui demandais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oceanic-flight-815.superforum.fr
Daelin K. Stillton
    Darling.
    ; Remember Me

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 24/04/2010

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Dim 25 Avr - 16:58

    Daelin avait encore en tête l'image de Jared, une bouteille de scotch planté dans la gorge, baignant dans une marre de sang. Elle avait été prévenue par la police qui avait retrouvé son corps, alertés par les voisins qui avaient trouvé la porte menant à la cabine ouverte, craignant un cambriolage. Il avait son portable à la main, en train de se saouler pour oublier qu'il avait fait un mariage d'argent, que les fonds qui avaient servi à ouvrir et entretenir pendant 8 ans le pub de New York, qu'il n'avait jamais été propriétaire d'une taverne à Sydney et qu'il était encore en train de la rouler. Elle se souvenait parfaitement de l'inspecteur de police lui montrant le message sur le portable, ce type n'avait jamais su écrire en language SMS :

    « Je te dois des explications, et des excuses. Le bar à Sydney n'a jamais existé. Je ne voulais pas te perdre une seconde fois alors je t'ai fais croire que j'avais ouvert cet établissement pour te prendre comme associé, je voulais qu'on redevienne la famille qu'on était. Quand au pub de New York, tu avais raison de me soupçonner d'être mêlé à cette affaire avec Rory Johnson. On a monté une arnaque il y a quelques années et des gagnants à la loterie ont investi dans cette sois-disant compagnie de transport maritime. Je suis parti avec l'argent et laissé Rory faire 8 ans de prison. C'est avec cet argent que j'ai entretenu le pub pendant toutes ces années. Il s'est pointé ce jour-là pour se venger de moi et heureusement que tu étais là. Pardonne-moi de tout ce mal que j'ai fais, bientôt je serais loin et tu pourras enfin être heureuse ... »

    Dans l'avion, elle l'avait encore maudit. Pas d'avoir fait toutes ces choses, de l'avoir abandonnée. Elle lui en voulait aussi de lui avoir menti pendant si longtemps, mais elle le maudissait d'avoir choisi la solution de facilité. Le suicide. C'était clair pour elle. Il avait fini cette lettre comme si il lui disait au revoir. Qu'elle pourrait enfin être heureuse. Quel abruti ! Elle avait besoin de lui, c'était son père, sa mère, son frère, son meilleur ami, son confident, son protecteur, comment pouvait-il la laissait comme ça, sans quelqu'un qui pourrait l'aider à prendre des décisions, la soutenir quand ça ne va pas ? Elle était montée dans l'avion assez énervée, bousculant l'une des hôtesses au passage, et s'était retrouvée assise entre un beau brun du nom de Dean et une grand-mère qui avait au moins 80 ans, voir plus. Une hôtesse, heureusement pas celle qui l'avait bousculée, passa prendre des commandes et elle demanda un whisky. Elle aussi, elle aimait boire pour oublier, surtout ces derniers jours. Elle n'avait même pas eu le droit de récupérer le corps de Jared, il était revenu à son épouse, Eugénia, dite Cruella, qui allait probablement lui acheter un cercueil en contre-plaqué, radine comme elle était. Puis, il y eut des secousses. Elle se mit à marmonner « Il ne manquait plus que ça. » Elle n'aimait pas prendre l'avion, elle prenait souvent le train, le bateau ou le plus souvent le bus. Bien sûr, elle s'était dit : « Pour une fois, je vais prendre l'avion. ». Et bien sûr, la première et dernière fois de sa vie qu'elle le prenait, il y avait des problèmes. C'est l'hôpital qui se fout de la charité aurait dit Jared. Les masques à oxygène tombèrent et tout le monde mit le sien. Comme si ça allait les aider ! Une partie du toit se décrocha et l'avion se sépara en deux, tandis que la partie dans laquelle se trouvait la jeune femme chutait dangereusement. Elle ferma les yeux, s'imaginant que ce n'était qu'un mauvais rêve, qu'elle allait se réveiller à New York, dans son appartement du Queens, après avoir travaillé très tard au pub. Mais tout ne se passa pas comme elle le désirait, et la jeune femme du sortir rapidement de l'appareil. Elle essaya de bouger son bras gauche, mais l'épaule lui faisait souffrir. « Super, j'ai une épaule déboitée. Au moins, je ne suis pas morte. » Pensa t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Sakurai
Modo | « Le monde est petit. »
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 28
Localisation : Picardie

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Dim 25 Avr - 18:46

L'avion était en miettes, des morceaux de métal partout, le bruit insupportable, l'odeur immonde, je ne comprenais plus rien cela-dit tout ce que je sais c'est que j'étais encore en vie hors de cette épave à regarder les gens hurler. Certains s'affairaient à aider les plus grands blessés, mais que pouvais-je faire moi? Je sentais encore le coup que la valise m'avait fait subir, bien sur je m'en étais pris des coups dans ma vie mais cette valise avait frappé vraiment fort. Tellement fort que j'en perdais du sang de mon front. Bien que cela ne semblait pas grave je grimaçais et me rasseyais en essuyant mon nez avec un mouchoir qui trainait dans ma poche. Je me sentais inutile devant tous ces gens. Il y avait un homme allongé pas loin de moi sur le sable, il avait l'air choqué alors je lui demandais s'il allait bien mais ça avait l'air d'aller même s'il ne me répondait pas.

Je me disais que j'avais la guigne aujourd'hui. J'avais déjà raté le bus de Perth pour aller à Sydney, et là cet avion qui s'écrase au milieu de nulle part. Ce n'était pas aujourd'hui que je rencontrerais le sol américain! Mais là ça n'avait plus d'importance, ce que je pouvais penser, mes rêves, tout ça pouvait attendre car les blessés eux n'attendaient pas! Je ne pouvais pas rester égoïste à être assis là, je devais aider, mais je n'y arrivais pas, après deux tentatives pour me lever, je sentais ma tête tourner, c'était peut-être à cause de cette odeur de brulé! Je vis un homme s'avançait vers moi tandis que je grimaçais, bah quoi j'avais mal je n'allais pas me mettre à sourire! Enfin quoique! Il fallait pas exagérer quand même! Ce n'était qu'une belle migraine rien, de très inquiétant! Il me demandait si j'allais bien et si j'avais besoin d'aide.
    « Ça peut aller, j'ai juste une belle bosse sur la tête! » Disais-je en me forçant à sourire.
Je regardais de nouveau tous ces gens qui nous entouraient, et les bribes de l'appareil. Je me demandais alors comment on avait pu en arriver là, pourquoi cet avion la et pas un autre? J'aurais pu en prendre un autre si seulement j'avais su pour ce crash, hélas personne ne peut savoir à l'avance ces choses la.
    « Vous savez ce qu'il s'est passé? »
Que suis-je bête, bien sur que non, comment pouvait-il savoir ça? Il était assit devant moi pendant le vol à tenter de rassurer une femme à coté de lui, sauf qu'il avait eu tord lorsqu'il lui avait dit que tout aller bien se passer, qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Ça me faisait sourire une fois de plus, puis je lui pris la main en retentant de me relever et y réussi. Me tenant la tête je me dirigeais maintenant jusqu'au bord de l'eau en titubant légèrement comme si j'avais bu tel un poivrot, il avait certainement mieux à faire que s'occuper de moi, et moi aussi! J'avais la tête dans le gaz, je n'arrivais pas à m'imaginer que tout cela était réel, peut-être que je rêvais, mais le sang qui glissait jusqu'à ma joue me rappelait que j'étais bien éveillé. J'allais donc me mouiller le visage pour reprendre mes esprits. Une fois de plus j'étais inutile mais au fond je n'étais ni secouriste ni médecin alors quoi faire!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://himitsu-to-yume.forumperso.com/
Jody Lewis

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 24/04/2010

This is me...
Relationships:
Mes objets:

MessageSujet: Re: LE CRASH   Sam 1 Mai - 10:59

Je m'étais donc relevé et j'avais regardé autour de moi. la première personne que j'avais vu été le jeune homme asiatique que j'avais rencontré plus tôt avant l'embarquement. Je lui fit signe de la tête pour lui dire que j'allais bien. J'avais juste une entaille au front et je saignais un peu mais rien de grave car j'avais mes idées clairs et mon corps ne semblait pas souffrir. C'est alors que je regardais autour de moi. Ce fut une vision d'horreur. Certaines personnes étaient étendues sur le sable, inertes et sans vies. D'autres étaient gravement blessés et criaient de douleur. Pour finir certains cherchaient un membre de leur famille dans le désespoir. Le temps que je réagisse, je remarquais non loin des débris un homme allongé mal en point. Je pris mon courage à deux mains et je courus vers lui. Je me mis alors vite à genoux à ses côtés. Il semblait s'étouffer. Il me prit par mon haut et le tenait fermement. Il semblait désespérait et je ne comprenais pas les mots qu'il essayait de me dire. C'est alors qu'il perdu connaissance. La seule chose qui m'est venu à l'idée était de lui faire un massage cardiaque. Je vous avoue que je ne suis pas médecin, ni secouriste. Je suis une futur avocate, alors vous comprenez bien que je ne faisait pas ça si bien. J'essayais de faire de mon mieux, lorsqu'un homme vint me voir. Il semblait lui s'y connaître en massage cardiaque. Il me demanda de m'occuper d'une femme enceinte. Je regardais la femme puis cet homme et je lui répondis :

-D'accord
Il vint à me dire ensuite, juste avant que je ne parte voir la jeune femme son prénom. D'un sourire, je m'empressais de lui répondre:

-Moi c'est Jody

Je ne pouvais tout de même pas lui dire enchanté, dans de telles circonstances! C'est pourquoi je lui ai dit juste mon prénom en retour. j'accourus une nouvelle fois mais vers la jeune femme enceinte cette fois-ci. Je l'aidais à se calmer et je lui apprenais une respiration qui aide beaucoup à garder son calme et à se détendre. Cela semblait fonctionner et elle me remercia. Je levais la tête pour observer les alentours et pour voir si quelqu'un d'autre avait besoin de mes services. J'aperçus un homme chauve un peu bizarre à mon goût puis un homme plus tôt rond qui semblait désorienté. Plusieurs personnes s'entraidaient et sortaient de l'eau. J'avais mal au coeur rien que de voir tout ces morts, ces débris et ces gens blessés. Que pouvais-je faire de plus? Et ma principale question était: combien de temps allions nous rester ici? Une fois la jeune femme hors d'atteinte, je m'éloignais pour retrouver ce Jack. Il semblait ne pas avoir réussi à sauver l'homme que j'avais trouvé. je restais quelques minutes à observer le corps, puis je relevais la tête vers jack qui semblait se préoccuper de mon ami Akira. Je m'approcha des deux hommes et je leur dis

Nous devrions peut être aider les autres passagers qui en ont besoin et surtout éloigner les gens de cette épave, il pourrait y avoir une explosion à tout moment!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CRASH   

Revenir en haut Aller en bas
 

LE CRASH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OCEANIC FLIGHT 815 :: LIEUX DES OCEANIC 815 :: La plage-